Samedi, le FC Giro-Lepuix allumera son traditionnel bûcher de la Saint-Jean. Cette année, les footballeurs ont encore construit un édifice grandeur nature qui, en quelques heures, sera réduit en cendres.

6 MOIS DE LABEUR, UNE SOIREE DE CHALEUR

Voilà deux semaines qu’il est terminé et que les membres du club de foot s’y réfugient le soir pour profiter de la douceur estivale.

Pour respecter une coutume vieille de vingt ans, les représentants du FC Giro-Lepuix mettront le feu au bûcher monumental qu’ils viennent d’achever, pour la Saint-Jean qu’ils fêteront ce samedi.

Cette année, les sportifs ont choisi le thème « cabaret » et ont réalisé une reproduction, grandeur presque nature, du célèbre moulin de Montmartre.

Bienvenue au Moulin Grenat ! Il a fallu six journées de travail à une dizaine de bénévoles du club de football pour venir à bout du monument qui a pris place au bord du stade, sur le promontoire habituel.

Si cela fait deux semaines qu’il est « habitable » et occupé par une petite buvette improvisée, il reste des finitions à ajouter, comme les toiles de décoration sur lesquelles figureront des danseuses de french cancan.

« On essaye toujours de le terminer au plus tôt pour que les gens aient le temps de le voir », explique le président du club de foot, Jean-Marc Lanneau.

C’est que cette solide construction, comme tous les châteaux, navire, saloon et village de Schtroumpf qui ont pris place chaque année au même endroit, partira en fumée dans quelques jours. Samedi, entre 22 h 30 et 23 h, pour être précis.

Dès que l’obscurité permettra d’admirer au mieux la majesté des flammes dévorant l’édifice. 10000 spectateurs dans les années fastes Avant cela, les 2 000 personnes attendues pour la soirée pourront découvrir le spectacle des majorettes du Twispeel Group de Beaucourt, devant le Moulin Grenat.

Après le feu d’artifice et le lancement de la crémation par les bâtisseurs, c’est un DJ qui animera la soirée, sous un chapiteau installé à côté du stade.

« Nous choisissons toujours un thème de bûcher qui nous donne une ambiance pour la soirée qui va autour », explique le président.

Cette année, la Coupe du monde de football faisait envie à certains organisateurs, mais la faisabilité d’une réplique géante de la coupe posait quelques problèmes.

Le rendez-vous, depuis vingt ans, est devenu une institution dans la région.

Il a accueilli jusqu’à 10 000 curieux dans ses années fastes. Même si la tradition a été instaurée par l’ancienne génération, l’événement a été repris en main par la nouvelle.

« Maintenant, c’est vraiment les jeunes du club qui font avancer le projet », se réjouit le président. En attendant samedi, afin d’éviter qu’une allumette ardente ne trouve malencontreusement le chemin du moulin avant l’heure, les membres du club surveillent leur œuvre.

Samedi, ils seront 80 à 90 pour gérer la crémation, mais aussi la sécurité, la buvette, les repas et les animations.

 


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.